Après ce weekend initiation à la dégustation spéciale La Révolution des vins de pays/vins de France, petit retour sur la sélection de vins proposés et les avis des participants. Merci aux protagonistes embouteillés des deux camps pour cette belle bataille entre AOC et vins de table/vins de France ! Et merci aux spectateurs-dégustateurs !

1) La Moussière 2010 – Alphonse MELLOT – AOC Sancerre (biodynamie)

Belle robe or pâle, un nez pur et très ouvert sur les fleurs blanches, des notes iodées, des touches de fruits jaunes (abricot) qui s’affirment en bouche. La bouche est bien vive, tendue par une belle acidité, un léger gras apporte ce qu’il faut de souplesse. La finale saline est longue mais longue, superbe minéralité, on en redemande !

2) Grand Cléré blanc 2010 – François BLANCHARD – Vin de France (bio-préhistorique)

Vin non filtré, robe jaune trouble, on sent que ça vit et que ça continue à « travailler » dans le verre. Un nez très riche et complexe, de belles effluves de poire. En bouche, ça part, ça fait voyager, « on sent les levures, on se rapproche des bières trappistes » pour Jeffrey, l’un des participants. Belle matière, riche, avec une « fin de bouche sur le foie gras » d’après Thomas… Hé, ça donne pas envie tout ça ?

3) Syrah 2010 – Jean-Paul JAMET – IGP Collines rhodaniennes

Robe d’un rouge assez profond. Du caramel au premier nez, « ça sent le Flamby ! » entend-t-on… Ensuite, des notes fumées et épicées (poivre), la violette pointe quelques pétales. En bouche, c’est vif, ça claque, une très belle matière épicée et fruitée, tendue par une acidité remarquable: ouh que c’est bon ! Bonjour M. Jamet et merci pour ce vin !

4) Les Meysonniers 2009 – Domaine M.CHAPOUTIER – AOC Crozes-Hermitage (biodynamie)

A l’œil, une robe violacée très intense. Au nez, du fruit rouge bien mûr, confituré comme chez Belle Maman, des touches d’épices. Une bouche ample, ronde, des tanins discrets car bien fondus, une finale sur le pruneau. Un vin bien fait, bien structuré, digeste mais pas vraiment charmeur aux yeux des participants. « C’est moins authentique que le précédent » ajoute l’un d’entre nous…

5) Abstèmes s’abstenir 2008 – Domaine COSSE MAISONNEUVE – vin de table français du Quercy (biodynamie)

« Abstèmes s’abstenir », littéralement: que « les personnes qui n’aiment pas le vin » s’abstiennent…  Robe d’un beau rouge rubis. Au nez, pas grand chose d’agréable. On entend: ça sent le « caoutchouc », le « plastique brûlé », « la soudure même ! ». Là, on ne peut être que d’accord. Même en l’ayant laisser respirer et goûté le lendemain, ça n’a pas bougé… En bouche, bonne consistance pour un Gamay et une belle acidité mais une fin de bouche métallique nous enlève pas mal de plaisir. Pas grave, « moi j’aime les vins déviants » nous dit Jeffrey !

6) Le Combal 2007 – Domaine COSSE MAISONNEUVE – AOC Cahors (biodynamie)

Oh la belle robe grenat ! Ça, à l’œil, ça doit être concentré… Au premier nez, des fruits rouges biensûr, et au deuxième nez, des touches épicées arrivent (réglisse), un peu d’animal chatouille (cuir). M. Malbec (appelé aussi Côt ou Auxerrois) présente sa carte d’identité. En bouche, c’est costaud et des tanins très fins s’affirment en fin de bouche. Mais malgré la densité, ça se boit tout seul grâce à une acidité remarquablement maîtrisée. Un grand merci à nos 2 vignerons de nous offrir ce Ca-Hors du commun !!!

Comments Closed